Contact

Contact
cliquez sur la photographie

mardi 20 février 2018

Rue des 3 pucelles


Rue des 3 pucelles


Rue des trois pucelles
Y’avait une donzelle
Qu’aurait donné son corps
Pour une pièce en or
Mais son modeste cul
Ne valait qu’un écu
Mais son modeste cul
Ne méritait pas plus

Elle y comblait pourtant
Tout ses nombreux amants
Qu’elle eut bien mérité
D’être récompensée
Hélas chez les manants
On n’a guère d’argent
Hélas chez les manants
On est fauché tout l’temps

Si elle s’en contentait
C’est qu’elle se doutait
Y mettant tout son cœur
D’leur donner du bonheur
Bien plus qu’leurs épouses
Frigides et jalouses
Bien plus qu’leurs épouses
Quand elles quittent leu’ blouses

Elle était généreuse
Ses formes avantageuses
Promettaient du plaisir
Pour qui aime à jouir
De la satisfaction
Tout le temps de l’action
De la satisfaction
Sans aucune exception

De son pauvre tarif
Bien peu prohibitif
Elle tirait malgré tout
D’quoi joindre les 2 bouts
C’est un sacré turbin
Que celui de putain
C’est un sacré turbin
Le métier de catin

Rue des Trois pucelles
Ils sont venus vers elle
Trois charmants matelots
Oh dieu qu’ils étaient beaux
Elle se donna par jeu
Pour encore moins que peu
Elle se donna par jeu
Et partit avec eux



Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

À la fête des Duits …

Compère qu'as-tu vu ?     J'ai vu, le long de notre Loire, un tepee où  deux chanteurs avaient élu domicile . Ils reprenaient d...