Contact

Contact
cliquez sur la photographie

lundi 1 janvier 2018

La chaîne


La chaîne



Lorsque j'étais un p'tit mioche
Près de la cabane au bord de l'eau
Je rêvais les mains dans les poches
Que je partais sur un bateau
Mais il y avait une chaîne
Qui entravait mon fol espoir
Et un cadenas quelle déveine
Me clouait sur le bord du Loir

Je m'asseyais su'l banc de nage
Échappant à la surveillance
J'oubliais dans l'instant mon âge
Pour me retrouver en partance
L'aventure se moque des fers
De toutes les interdictions
Ce sont les songes qui libèrent
Notre belle imagination

Je rêvais des parcours marins
Des aventures au fil des flots
Je n'étais plus un petiot gamin
Mais un fier et grand matelot
Je naviguais au bout du Monde
Loin des territoires connus
La Terre bien que ronde
À de nombreux coins perdus

Le temps était ainsi suspendu
À mes merveilleuses histoires
La barque soudain devenue
Le grand théâtre de ma gloire
Je croisais de vilains pirates
Et de plus terribles corsaires
Pour remonter le bel Euphrate
Et naviguer jusqu'au Caire

Quand soudain la chaîne se tendait
Me rappelant à ma condition
Toujours je restai figé au quai
Sans nul espoir de navigation
C'est dans ma tête que je voyage
Il me suffit de fermer les yeux
Pour enjamber le bastingage
Et devenir un marin heureux

C'est en brisant la lourde chaîne
Que ton esprit enfin libéré
Tu ne seras plus capitaine
Mais le maître de ta destiné
Droit devant toi, tu vogueras
La main agrippée à la barre
L'horizon alors te guidera
Au scintillement d’un phare


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Le dragueur de sable !

Comment ouvrir les yeux ? Il était une fois une mère heureuse élevant son garçon auprès d'un mari aimant, d...