Contact

Contact
cliquez sur la photographie

lundi 5 mars 2018

Les lapins furieux !



Histoire à ne pas mettre entre toutes les oreilles.


Il était une fois, en un temps où l'on pouvait sans gêne dire tous les mots quand on était sur un bateau, un trappeur des bords de Loire qui naviguait sur un « nayon » de sa fabrication. L'homme était un piègeur, un de ces chasseurs qui n'usent pas de la force injuste et déloyale de l'arme pour attraper sa proie.

Il observait les mœurs de ceux qui allaient tomber dans son escarcelle, sa nasse ou son collet. De longues heures passées à comprendre le mouvement et les mœurs des bêtes qui allaient, pour lui et sa famille, avoir le mot de la faim. Nulle recherche de plaisir dans sa quête, simplement le souci d'apporter un peu de mieux dans son alimentation quotidienne.

Que ce soit sur terre et ou sur l'eau, il avait l'œil, savait tout des bons endroits des passages des animaux, des secrets de leurs habitudes. Il ne tendait jamais son piège au hasard et il ne fallait pas longtemps pour que la prise fût faite. Il ne laissait jamais bien longtemps la pauvre bête se débattre en de grands tourments.

Quand sa proie était trop petite, quand c'était une femelle pleine, quand il avait plus d'animaux qu'il lui fallait, il prenait juste ce qui lui était nécessaire et relâchait ceux qu'il fallait laisser vivre. Pour préleveur qu'il était, il n'en était pas moins un amoureux de la nature. Il agissait avec modération et respect.

Il rendait à ses amis des forêts et de l'onde bien des services. Quand l'hiver était rude, il leur apportait des graisses et des graines, il fabriquait des abris, veillait à ce qu'il n'y eût pas de gros prédateurs à l'intérieur de son secteur. Le loup n'était pas leur ami, il lui faisait chasse impitoyable.

Ainsi allaient les années en ce pays de Loire. L'homme allait sur sa barque prendre sa ponction. Il était surtout contemplateur de ce Val qu'il aimait tant et qui lui offrait chaque jour spectacle merveilleux. Mais un jour, le calme et la quiétude des lieux, fut, une fois encore menacé par la montée des eaux.

La Loire grondait, elle coulait furieuse. Ses eaux charriaient tout ce qu'elles emportaient sur son passage et le niveau montait sans cesse. Quand tous les gens d'alentour pensaient à se sauver, à porter leurs sabots sur un coin de terre plus haut que les bords du fleuve, lui avait une toute autre préoccupation.

Il n'avait de cesse de s'occuper de ses amis les hôtes des bords du fleuve. Il les appelait pour qu'ils montent dans sa barque et il les portait plus loin sur une hauteur qui se trouvait tout près de là. Sa barque eut été chaland qu'il en en aurait fait une arche pour protéger, le temps de cette grande colère du fleuve, tous les animaux du coin.

Il ne s'appelait pas Noé, on ne refait pas l'histoire, une crue, pour terrible qu'elle soit, n'est pas non plus le déluge. Cependant, il fallait agir ou laisser périr les petits mammifères. Il ne mesurait ni sa peine ni les risques qu'il courrait. Pour préleveur qu'il était quand le besoin s'en faisait sentir, il se savait redevable envers tous les animaux.
Son manège pourtant n'amusait guère les mariniers sérieux, ceux qui, pour le bien de leur prochain, appartenaient à la société de secours, comme il y en avait une dans chaque ville ligérienne. Ces braves gens, ne voyaient pas pourquoi notre homme se préoccupait des bêtes et non point des humains. Il avait beau leur dire que jamais il ne tournerait le dos à un individu en détresse mais qu'il n'en voyait pas là où il naviguait, la marginalité comme la différence furent toujours une charge lourde, quelles que soient les époques !

Il ne se serait pas soucié de ces jalousies stupides, de ces propos fâcheux qui n'ont aucun fondement, il lui fallait serrer les dents quand, dans ces déplacements salvateurs, il croisait le fûtreau qui allait secourir des habitations isolées. Cette fois pourtant l'affaire tournait mal. Les membres de la société de secours lui lancèrent des insultes, des propos affreux, parfaitement déplacés dans un tel désastre naturel. Il se peut que l'équipage, dans l'alarme du moment et pour se donner du courage ait forcé sur la chopine, nous n'en saurons jamais rien.

Toujours est-il que le grand bateau fonçait tout droit sur le plus petit avec l'envie évidente de l'éperonner pour le faire couler. Notre brave amis des animaux n'avait qu'une bourde pour avancer, quand en face, les pirates de l'heure allaient à la voile, poussés par un vent violent. Il croyait sa dernière heure arrivée quand dans le même temps il se passa quelque chose qui releva du miracle.

Sa barque était chargé de tous les lapins des varennes, qu'il avait tirés d'un fort mauvais pas. Les rongeurs se dressèrent sur la proue, ils présentèrent leurs grandes oreilles au vent afin de servir eux aussi de voile, pour aider leur sauveur. Vous ne le croirez sans doute pas, mais la barque prit de la vitesse et évita le bateau fou.

Quand le futreau passa juste à côté de lui, les lapins sautèrent alors sur le pont voisin et se mirent immédiatement en action. Ils rongèrent de leurs dents dures et vengeresses tous les gréements qui passaient à portée d'incisives. Bientôt le mat s'effondra dans un fracas qui permit à ces valeureux mariniers de retrouver leurs esprits.

Piteux et confus, ils venaient de comprendre que la Loire en crue leur avait chamboulé la raison. Ils s'excusèrent immédiatement auprès du brave homme, leur demandant de ne jamais répéter ce qui venait de se passer. L'homme était, comme vous avez pu le constater, le meilleur des hommes, il tint sa langue quand il l'avait promis.

Mais nos mariniers devaient expliquer ce qui avait bien pu se passer sur leur bateau pour qu'un tel désordre règne sur le pont. C'est là qu'ils inventèrent la fable des lapins qu'ils avaient voulu sauver et qui pour les remercier leur avaient rongé les bouts. Depuis, les rongeurs sont porteurs d'une malédiction marine, il est interdit de nommer ce brave animal sur un bateau digne de ce nom.

Vous savez désormais l'origine de cette fable, elle est parfaitement injuste pour les petits rongeurs mais il fallait sauver la réputation de braves mariniers égarés par un bref instant de beuverie. Ils ne voulurent pas se faire tirer les oreilles, ils trouvèrent des coupables fort commodes. Il faut reconnaître qu'ils n'avaient pas vraiment menti et que dire ce qui s'était vraiment passé eût provoqué bien des perplexités.

Maintenant que vous aussi, vous savez le fin mot de l'histoire, vous admettrez vous aussi, qu'il est parfois bon de poser un lapin à la vérité. Un petit mensonge est parfois plus commode qu'une réalité qui échappe à la logique communément acquise. Les lapins acceptèrent ce compromis avec la morale et s'en retournèrent à leurs terriers.

Jamais, foi de lapin, ils ne se feront désormais souffler dans les oreilles, la chose est bonne pour leurs amis les phoques. Laissons les marins à leur étrange superstition, elle ne fait de mal à personne après tout !

Lapinement vôtre.


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Le dragueur de sable !

Comment ouvrir les yeux ? Il était une fois une mère heureuse élevant son garçon auprès d'un mari aimant, d...