Contact

Contact
cliquez sur la photographie

mercredi 11 juillet 2018

Bête de somme.


Bête de somme.



Je ne suis qu'une bête de somme
Un pauvre gars à la bricole
Moi qui me pensais être un homme
Je ploie sous cet odieux licol

Du matin jusqu'aux lueurs du soir
Nous tirons la corde et les bateaux
Qui remontent la rivière Loire
Et son courant au fil de l'eau

Quand le vent ne veut pas souffler
Qu'il faut encore aller de l'avant
Nous voilà tous réquisitionnés
À Tirer comme des éléphants

Travail de forçat si peu rétribué
Nous gagnons notre pauvre croute
À la sueur d'un labeur méprisé
Qu'un animal eut pu faire sans doute

Le courant se fait redoutable
Le bateau résiste à notre ardeur
Il faut s'arcbouter sur le câble
Pour espérer arriver à l'heure

Au bout de cette journée de peine
À geindre sous l'énorme fardeau
Nous arrivons au port hors d'haleine
Et vidons bien vite quelques tonneaux

Le peu que nous avons gagné
Est dépensé dans toutes les tavernes
Nous n'avons même pas mangé
Ça n'en valait pas la peine

Quand au bout de ce long chemin
Nous retrouvons femme et enfants
Nous ne faisons pas les malins
Nous revenons sans le moindre argent

Nous nous remettons en patrouille
Pour laisser filer le long du courant
Nos sapines chargées de cette houille
Qu'on livrera à des lointains clients

Ainsi arrivés jusqu'à Nantes
Nous referons le chemin à l'envers
Usés par cette vie lancinante
Plus terrible encore que l'enfer

Nous ne sommes que des bêtes de somme
Des pauvres gars à la bricole
Nous qui nous croyons encore des hommes
Nous ployons sous ces affreux licols


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Le grand saut du Perron

Quand Lucien faisait le joli cœur En 1705, il était une fois à Saint Raimbert un jeune homme bien fait de sa pe...